Chers lecteurs qui naviguez sur mon blog avec frénésie, dans l’espoir sans doute, de recevoir quelques nouvelles à propos de quelques sujets qui tiennent à coeur l’Avantgardiste qui tient ce blog.

Voilà, donc je tenais à vous faire part de mon expérience avec ce cher logiciel: Adblock. Évidemment, ce n’est que mon expérience, mais je suis sûr que d’autres l’ont vécue aussi, c’est donc au rang de énième victime des retors des annonceurs, que je me permets de commenter céans l’abominable marché publicitaire qui larve toujours dans un coin de votre écran.

Donc voilà, vous l’aurez constaté, le Web est devenu un potentiel terrain d’exploitation pour les vendeurs, surtout depuis la vulgarisation de l’Internet ces dernières années. Mais vous voyez, ce n’est pas sans conséquence que certains ont décidé de dire « non » à cet envahisseur qu’est la pub. Ou réclame, si vous êtes Québécois. Du coup, comme je le disais, grâce aux plugins on peut contrer l’apparition de popups, les images envahissantes, et les vidéos qui se lisent toutes seules ET QUE VOUS CHERCHEZ EN VAIN PARMI VOS ONGLETS POUR VOIR D’OÙ SORT CE SON DANTESQUE. Hum.

 

Alors c’est ce pourquoi certains progammeurs ont décidé de construire des plugins (car c’est à ça qu’ils servent: étendre les fonctionnalités) qui permettent d’analyser les pages en temps réel pour vos ressortir une page nette, sans publicité, et sans annonceur coquin. C’est la nature-même de ce plugin: nettoyer les pages de tous ces déchets puants qui vous parasitent votre vue. Parfois, je reconnais même plus les pages quand elles sont nettoyées. Mais bon, ça ne s’arrête pas là! J’ai déjà vu des annonceurs qui faisaient des réprimandes à ceux qui ont décidé de renoncer à la publicité. En effet, il est affiché un avertissement lorsqu’un script détecte l’absence de certains éléments dans la page! Et c’est parfois contraignant, de pas pouvoir gratter le dos aux annonceurs, pour les webmestres, car ça leur démange beaucoup. La publicité, c’est un peu le sang du marché: c’est lui qui véhicule la plupart des idées de mode, de façon de vivre, et même de consommer. Mais il y a un terme au-delà duquel nous ne pouvons plus soutenir ces idées étant donné qu’elles sont redondantes, statiques, lassantes. Ne nous étonnons pas de notre état de santé, si nous voyons sans cesse ces flashs lumineux qui nous attirent le regard vers ce qu’on appellerait une proposition d’offre.

C’est là la fibre de la publicité: dévier vos intérêts vers ceux d’un autre, c’est pour cela que ça ne me touche jamais (ou presque): ce n’est pas intéressant, que l’on emploie telle ou telle méthode, ça reste un produit inutile, temporaire, cher, et encombrant, pour lequel il n’y a aucune méthode; ce n’est pas la publicité qui compte, c’est surtout ces manières d’user de stratagèmes vains pour attirer la clientèle, et qui mèneront à des déboires. Si on n’est pas intéressé, on ne le sera pas davantage. La publicité par son caractère séduisant est plus ennuyant qu’autre chose, car avant d’intéresser elle opportune.

Alors évidemment, c’est, comme je le disais, primordial à certaines personnes, car elles n’ont pas d’autre choix. Rémunération exige! Mais alors, si on réprimande un utilisateur d’AdBlock, on a des raisons. Mais pas les mêmes que l’utilisateur qui lui aussi a des raisons! Les publicités, c’est souvent consommateur en mémoire (inutile), dangereux (virus, vis-à-vis de la vie privée dont 80% des annonceurs se tamponnent le coquillard, mais qui râlent à leur tour quand ça les dérange), et même envahissant. On en a assez comme ça, de vos annonces bariolées. Qui accepterait cela? Hormis certains gugusses, mais par ignorance plus qu’autre chose. Mais peut-on considérer le gugusse comme quelqu’un plein de choix? Cette question mérite réflexion.

 

Certaines fois, j’ai déjà vu des personnes qui offensaient même les utilisateurs d’AdBlock: en effet, quand celles-ci venaient sur le site, on voyait un message d’erreur, mais encore moins commun, on voyait ensuite une page se charger à la suite de l’avertissement: un joyeux site pornographique de derrière les fagots (sans vouloir faire de jeu de mot anglophile) ! Merveilleux! Les webmestres ont répondu à l’acte de rebellion, comme dans un éclair de fureur et de lucidité face aux dures réalités du faquin réfractaire qui se cache derrière son PC! L’annonceur en costume à papa, décide de se venger, comme s’il était L’Élu défenseur de la publicité, ce carcan luisant qui fait tourner les têtes et les chèques en bois. Le voilà en tenue Napoléonienne qui se dirige vers les libertins qui ont défendu la liberté du Web (et ils défendent cet endroit à juste titre) pour leur donner une petite claque au bout du nez, parce qu’il a pas touché ses 0,010 centimes de clic, et qu’il en a fait une maladie chronique, le pauvre garçon.

Ne vous inquiétez pas, illuminés défenseurs de la publicité, car il existe des parades à ce genre de fraudes. Il suffit de bidouiller légèrement la configuration de votre site, pour que les publicités passent outre AdBlock, et repassent à merveille. Évidemment, c’est à votre opérateur (pour pas dire larbin) de webmestre qu’il faudra demander encore une fois de rectifier. En espérant qu’il est payé à l’heure. Parce qu’il sait ce qu’il faut faire en cas de dérive. Alors ne pâlissez plus et évitez les calmants, c’est mauvais pour l’estomac, surtout que la cantine et ses anti-vomitifs c’est déjà pas mal pour vos intestins chargés.

J’ai déjà croisé ce cas sur deviantArt où les annonceurs passaient quand même, malgré le filtre AdBlock mais une deuxième dérive a été ajoutée sur cet anarchiste qu’est AdBlock: le blocage de certains DNS, qui sont des annonceurs potentiels. En gros, je n’ai que des trucs gris à la place des annonceurs. Ca empètre sur la lisibilité, c’est pas si beau, mais ça rend quand même plus net qu’un annonceur intempestif et ses images en carton pâte et des sourires bonobos. Quand la gorge du webmestre est plus profonde que prévu et qu’il a bien écarté les fesses devant les annonceurs, il faut bien employer les moyens du bord. Donc évitez les redirections vers les sites pornos, surtout chez ceux qui sont au travail (heureusement c’est pas mon cas). Ils n’en ont cure de vos facéties d’embaucheur dépressif.

 

Et pour ceux qui sont sceptiques, la publicité n’est que le pâle reflet du bonheur atteint de l’homme moderne: la course aux obstacles entre les deux est inachevable. Car « Les hommes aiment à se voir reflétés en des miroirs troubles. » Pär Lagerkvist

Publicités